About

 

This photo was published in the Daily Star Lebanon of January 12, 2015. The link is posted by Joseph Wu in his comment on the page “Liberté.”

Important announcement: in collaboration with Harvard Widener Library, we are working to create a permanent archive of documents related to the Charlie events and their aftermath. This would include:

  • printed materials (magazines, newspapers, books…)
  • ephemerals (posters, signs, leaflets…)
  • digital materials (pictures, videos, audio recording, websites, tweets, blogs…)

If you have any material of this kind and would like to have them included in the collection, please contact me (vgreene@fas.harvard.edu). Ephemerals in particular are of great interest to us.

A la suite des attentats terroristes des 7, 8 et 9 janvier 2015, nous avons créé un blog destiné  aux enseignants et étudiants du français en Amérique du Nord mais pas interdit aux autres. Son but est de permettre d’échanger pensées et sentiments sur ces événements et leur signification, de s’informer sur les initiatives prises dans les départements et programmes de français.

Le blog est couramment administré par Virginie Greene, Harvard University et Lynn Ramey, Vanderbilt University.

Please post your comments, thoughts, reactions on the appropriate page (menu on left), in French or English as you prefer. If you want to propose another page/topic or have suggestions about the appearance and functioning of the blog, email us at: vgreene@fas.harvard.edu and Lynn Ramey <ltramey@gmail.com>.

And if you want to support Charlie-Hebdo financially, go to http://www.charliehebdo.fr/index.html.

Announcements of the day:

A series of  4 Post-Charlie panels and events organized or co-organized by the department of Romance Languages and Literatures Harvard University April 2015. See details in Votre info Votre initiative

 

Links of the day:

A new essay on caricature in Turkey on Etienne Copeaux’s blog:

http://www.susam-sokak.fr/2015/03/esquisse-n-54-asaf-kocak-caricaturiste-mort-a-sivas-1993.html

Advertisements

24 thoughts on “About”

  1. Thank you for doing this. At ucla, the “Cercle francophone” today will dedicate their weekly meeting to discussing the events. I will post info about the blog on our web page.

    Like

  2. At Wisconsin, we are just starting back up. We have three Professional French Masters Program interns in Paris at the moment, including one at a synagogue/community organization, and are following events from their perspective with great interest. I would be interested in any op-eds any of you colleagues (or colleagues of you colleagues) are working on or have published; if there are any, would love to see them here! -Ritt Deitz, Executive Director, UW-Madison Professional French Masters Program / Department of French and Italian.

    Like

  3. j adhere completement ! meme si je n’etais pas fan de leur caricatures meme si je ne le lisais pas , ce n’est pas pour moi le journal en lui meme mais l’acte barbare que je denonce …on ne tue pas les gens!!!! j’ai peur de la suite parce qu on sait tous qu’il y aura une suite

    Like

  4. Hello there !
    I’m french and living in Paris. I attended the demonstration on sunday 11th. The emotion is still big, as the sales of 3 millions of copies of Charlie shows, and the 2 more millions to be proposed next days (this has to be compared with the usual weekly figures which reach about 30 000 copies).

    Here is the copy of my mail sent afterwards to my friend Janet, who forwarded me your site. It’s now time to answer several questions. And of course keep on supporting Charlie.
    Ce fut à la fois exaltant et impressionnant. Les radios annoncent entre 1,5 et 2 millions de participants ; c’est impossible à estimer avec exactitude, car je crois que les comptages ne relèvent que les gens sur les parcours officiels, et pas ceux, nombreux, qui ont emprunté des itinéraires parallèles pour aller plus vite.
    J’étais avec Dominique. Elle habite Chantilly. Tous les trains – gratuits , comme le métro – étaient bondés. En arrivant à la gare du Nord, le conducteur a dit aux passagers qu’il était Charlie, et leur a souhaité une bonne manif. Tout le monde était très ému.
    Nous sommes arrivées vers 14h30 place de la République via la rue du Temple. Il y avait déjà beaucoup de monde, mais à 15h la foule était immense. Pour des raisons de sécurité, il fallait attendre que les officiels aient quitté le parcours. Au final, à 16h30 nous étions toujours sur la place, et le bd Voltaire, parcours principal car direct vers la place de la Nation, était bloqué. Nous avons donc choisi l’itinéraire démarrant avenue de la République. Feignasses, nous ne voulions pas le suivre jusqu’au bout (bds Ménilmontant puis Philippe Auguste jusqu’à Nation). En rusant, – les rues permettant de rejoindre le bd Voltaire étaient bloquées – nous avons pu prendre les rues Saint-Maur / Léon Frot. En atteignant le bd Voltaire nous avons trouvé un cortège assez rigolo qui exhibait un géant à l’effigie de Marianne.
    Dispersion calme malgré une foule compacte traversée de flux contraires. Encore qqs centaines de mètres Fbg Saint Antoine jusqu’à Faidherbe Chaligny, et retour par le métro.
    Ce fut une belle journée citoyenne. Mais dès ce matin des reportages ont montré des jeunes musulmans arc-boutés sur l’idée que toute caricature de leur prophète est une insulte, et que lorsqu’on insulte leur prophète il faut s’attendre à être châtié. C’est la même chose sur les réseaux sociaux. Cette absence de tolérance pour l’humour me surprend, car en France nous sommes très habitués à l’anti-cléricalisme, et donc aux plaisanteries, même douteuses, sur la religion catholique, les prêtres, le pape et même Dieu ou Jésus. Je ne parierais pas sur la réalité de l’engagement religieux de ces jeunes. Leur intransigeance me semble plus liée à leur isolement profond par rapport à la société, qui les pousse au repli communautaire et en fait des proies pour les fondamentalistes cherchant à déstabiliser l’occident.

    Like

    1. Chère Catherine, merci pour cette description de votre expérience de la marche de dimanche dernier, et aussi pour vos réflexions sur le “repli communautaire.” Mais de quelle communauté s’agit-il exactement, et quelle est la place de la religion dans cette communauté?

      Like

    2. Si “nous” sommes habitués à l’anticléricalisme, même avec des plaisanteries douteuses, c’est que nous n’avons plus besoin de la religion (catholique?) pour nous affirmer socialement. Nous admettons la critique (et pour ma part, je l’ai abondamment soutenue) parce que le catholicisme est hégémonique sur notre société, et a voulu (veut toujours) régir nos vies privées et nos corps (“nous”=les “Français de souche” comme disent les Le Pen).
      En Turquie, le pouvoir islamo-conservateur veut également intervenir sur la vie privée et les corps des citoyen(ne)s, cela a donné le mouvement de Gezi en 2013. Car la jeunesse turque a des perspectives, de très fortes ouvertures sur le monde, et n’a pas besoin de la religion pour s’affirmer.
      Mais les jeunes de nos “quartiers”? Quand tout a échoué, quand ils se sont fait refouler de partout à cause de leur bobine, de leur nom ou prénom (faites l’essai: répondez à une offre de logement avec un nom arabe, vous verrez… j’ai essayé!), de leur adresse, de leur lieu de naissance, qu’ils sont sans formation, sans emploi… à qui s’adresser pour retrouver une certaine fierté? La religion. Et si l’on s’attaque à ce seul et unique, proprement vital, élément de fierté, que peut-il se passer?
      En outre, dans la population d’origine algérienne il y a bientôt 200 ans d’humiliations, de destructions, de violences, de dépossession qui ne sont pas oubliés, une rage, une rancoieur qui se sont transmises de génération en génération.
      Et bien entendu, je me sens obligé d’ajouter la petite phrase rituelle: bien sûr ce n’était pas une raison pour LES buter
      Mais je vous invite à lire ceci:
      https://docs.google.com/file/d/0B07Q7dMNI46_LUowVGJWcmRWSDg/edit

      Like

  5. This crisis is another occasion to learn, sometimes a lot, from our current students’ experience. After posting messages of support for France and the march on our Professional French Masters Program Facebook page (University of Wisconsin-Madison), and a “JE SUIS CHARLIE” banner, a PFMP student interning in Yaoundé left this polite comment (exact quote): “Par respect pour les Africains qui vivent actuellement le terreur de Boko Haram au Nigeria et au Cameroun sans défilé de solidarité internationale, nous ne sommes pas tous Charlie.” Having lived in France, she most certainly meant not to criticize or not to support (she is a very caring person!), but rather to remind us to be careful of our language of support in light of (lots of others) regularly victimized, elsewhere, by criminals using the same ideology, outside France. I replied publicly to note this concern, which I found very legitimate.

    As “travailleurs du langage,” I hope we can remain attentive to our language of support, so that it can include those other people and places under similar forms of assault. We should be able to support France fully with language that includes and recognizes the rest of the world. It can be hard to do this right, clearly.

    What are others doing to recognize the grieving elsewhere… as it connects to what just happened in Paris?

    Ritt Deitz

    Like

    1. Thank you, Ritt, for bringing up this issue. It is true that seen from a global perspective, the reaction to the killing of 17 people seems disproportionate. At the same time, I am sure that for many people who walked in the streets, the grief is not limited to these 17 victims (which emblematically include women, blacks, muslims, and jews). It englobes all victims of fanaticism, intolerance and violence.
      What means “Je suis Charlie” and what means “Je ne suis pas Charlie”? I have to run but will try to think more about it.

      Liked by 1 person

      1. Dear VGreene,
        So true. The trick–at least for academics–is to show heart, compassion, care for those affected. Every life obviously counts, whether it is 17 or 17,000.
        The trick is to be inclusive in the caring, in both the here-and-now and on the global scale. What je-suis-charlie “means” is something I’ve been trying to wrangle with in my conversations with interested (non-French-speaking) American friends, of whom there are many, many, many. The main difference I think Americans need to think about is this one, in a little op-ed of mine from yesterday (very brief):
        http://host.madison.com/ct/news/opinion/column/ritt-deitz-is-france-s-hidden-wound-beginning-to-heal/article_c4c12519-6e61-5490-b315-c5aba8fe3789.html
        But there are also other voices. Not only is one of my students currently in Cameroon (others are interning or living and working in France); another is interning at a synagogue in Paris as we speak and had some even more interesting, and very ambivalent, views on what all the outpourings mean for her friends who identify as much as Jewish as they do as French.
        Best to all of you all who were touched by this terrible set of acts in France–and also in Nigeria and Cameroon, yes. Let’s keep the je-suis-whatever rolling, in academically appropriate ways. It is good to see that showing solidarity against all violence also leads to serious academic learning…

        Like

  6. I have cried, never, we shan’t be able to read, to see the drawings, texts of Cabu, Wolinski, Charb and Honoré. I wasn’t always agree with theirs drawings, specially when they mocked women. These cartoonists were against intolerance, foolishness, obscurantism, blindness, darkness. They denounced extremists who want denied access to schools for girls, keep women in a lower status, who kill, execute people because they are different, they do not share the same fanatical faith. They mocked the extremists of three religions of the book, Jews, Muslims and Christians, as well, in the same way . Free speech, free expression must be must be protected, preserved for freedom remains for future generations. Francois Hollande said that french freedom of expression does not insult the world. Do not give in to intimidation campaigns. I am Charlie, I am and will remain Charlie.
    Je suis et resterai Charlie.
    Friendly and thanks for this blog, excellent idea, dear Virginie
    Jean-Marc

    Like

      1. Il est bien difficile de ne pas faire d’amalgames. En effet, seul un Musulman peut dire ce qu’est l’islam et ce qui ne l’est pas. Ce n’est pas aux non Musulmans de se prononcer sur l’orthodoxie des Musulmans (sauf à perpétuer l’arrogance coloniale, comme lorsqu’un François Hollande déclare : “ces gens n’ont rien à voir avec l’islam” Ah ? Qu’en sait-il ?) Si des djihadistes se réclament de l’islam, qui suis-je moi, non Musulman, pour dire que non, ce n’est pas vraiment l’islam, l’islam c’est autre chose. Il incombe donc bien aux Musulmans de se désolidariser des djihadistes, d’entrer en dissidence (car on sait à quel point il est dangereux de se désolidariser publiquement des djihadistes–voir par exemple les gardes du corps auxquels doivent avoir recours les intellectuels musulmans courageux, sans parler des non Musulmans.) Au fond, dire que les djihadistes ne sont pas musulmans, voilà qui est aussi futile que de dire que les Nazis en 40 n’étaient pas des Allemands. Il est tout à fait évident que tous les Allemands n’étaient pas nazis et qu’il y eut parmi eux de courageux dissidents. (Voir le très beau livre de Hans Fallada, “Seul dans Berlin”). Il reste que le nazisme est l’enfant pervers de la culture allemande, et sans doute européenne, au même titre que l’islamisme l’est de l’islam. Sans islam, pas de djihadistes. Sans Allemagne, pas de Nazis. Certes, les hommes trouvent toujours d’autres causes pour s’entretuer (la classe, la race, la nation, comme disait Julien Benda, mais c’était en 27). Aujourd’hui, le Caliphat.

        Like

  7. Il est vrai qu’il est arrogant de dire aux autres ce qu’ils sont (j’ai entendu des français qui n’avaient jamais mis les pieds aux Etats-Unis expliquer à mon mari américain ce que c’est que d’être américain…), mais il faut aussi faire attention à ne pas aboutir à l’extrême inverse: seul un américain peut dire le vrai de l’Amérique, ou peut s’autoriser à parler de l’Amérique, seul un musulman peut dire le vrai de l’Islam ou peut s’autoriser à parler de l’Islam, seul une femme peut dire le vrai de la féminité, etc. Cette attitude poussée à son extrême empêche tout dialogue exotérique entre communautés, et favorise le repli sur l’ésotérisme. Ce que je vois comme navigation possible entre l’arrogance et l’isolationisme c’est le maintien du dialogue contre vents et marées, c’est l’idée que ce n’est pas tant ma position qui importe en elle-même mais le dialogue qu’elle peut rendre possible avec d’autres ayant d’autres positions. On peut entendre de l’arrogance dans la phrase de Hollande. Mais on peut aussi y entendre une tentative pour ne pas aliéner les musulmans français ou français musulmans et maintenir le dialogue ouvert. Cela dit, je reconnais que ce n’était pas la meilleure façon de le faire, et j’entends bien dans sa phrase cette présomption assez française de donner des définitions définitives et universelles, ce qui a tendance à figer la parole en langue de bois.

    Like

  8. Ici Radio Saint-Dié, les Charlies vosgiens parlent aux Charlies du monde entier…. Je répète : les Charlies vosgiens parlent aux Charlies du monde entier.

    Nous résistons toujours, n’avons ni peur ni haine, juste une immense tristesse bien accrochée au fond de nos corps et nos coeurs et qui semble bien décidée à rester là.
    On nous a tué notre Cabu, vous vous rendez compte ? Notre Cabu à nous, celui-là même qui avec ses comparses ont jadis tricoté quelques mailles de notre enfance et de notre adolescence et fait ce que nous sommes aujourd’hui : des adultes citoyens, tolérants, curieux de tout, fraternels et solidaires.
    Et puis tous ces autres morts, dessinateurs éclairés et magnifiquement irrévérencieux, correcteur dévoué, homme d’entretien tout aussi dévoué, policiers courageux, Juifs qui avaient juste le seul tort de l’être.
    Et puis aussi toutes ces victimes de par le monde, celles que l’on ne connait pas mais assassinées pour les mêmes raisons…

    Le terrorisme est un visage hideux du fascisme. Le fascisme ne supporte pas :
    – l’égalité de tous les êtres humains
    – la démocratie
    – l’éducation pour tous (les peuples éduqués et instruits n’avalent pas les couleuvres servies par les oppresseurs)
    – le bonheur et le rire,
    – l’insolence et la caricature,
    – et les libertés en tout genre.

    Ajoutons à cela une bonne louche d’intégrisme religieux et nous avons ce que l’humanité peut produire de pire.

    Battons-nous pour préserver nos principes fondamentaux.
    Quant aux haineux de tous poils….. No passaran !

    Liberté, égalité, fraternité, amour et insolence.
    Salutations enneigées à l’Amérique et au monde entier.

    Judith.

    Like

  9. Reçu d’Etienne Copeaux le texte suivant sur la photo de la manifestation du 24 janvier 2015 à Istanbul:

    Charlie en Turquie

    Chers amis d’Amérique,
    Si vous permettez je voudrais dire un mot de la photo qui est en page d’ouverture de ruecharlieenameriquedu nord en ce moment. Je l’ai trouvée sur le site du quotidien turc Cumhuriyet à la fin de janvier, au moment où l’on commémore l’assassinat, survenu en 1993, d’Ugur Mumcu, journaliste d’investigation à ce même quotidien, et auteur de nombreuses enquêtes sur les milieux islamistes, fascistes et mafieux (bien souvent cela se recoupe).
    J’ai aimé cette photo car elle exprime bien ce que je ressens à propos de l’événement-Charlie en France et ce que je sais de la Turquie.
    Ce pays a vivement réagi à l’assassinat des Charlie et des autres, les 7, 8 et 9 janvier : d’abord devant le consulat de France à Istanbul, puis dans tout le centre de la ville et d’autres villes, massivement, et enfin dans la presse, puisque Cumhuriyet a publié l’essentiel du « numéro des survivants » dans ses propres pages.
    J’aime cette photo parce qu’elle met sur le même plan les victimes du 7 janvier à Paris et d’autres victimes, turques, qui pour certaines sont tombées voici plusieurs décennies.
    Ce pays, la Turquie, a connu de terribles attentats, régulièrement, pour les mêmes raisons qu’à Paris.
    Chaque fois, le pays en a été meurtri, abasourdi. On ne s’habitude pas à ce genre de choses.
    J’étais à Istanbul quand Ugur Mumcu a été abattu. Je n’en croyais pas mes sens. Comme ceux de Charlie, il était, même pour moi Français, une icône, un monument vivant. Sa mort était inconcevable.
    Comme pour les « Charlie », l’assassinat était ciblé. Comme pour les autres, qui sont sur la photo – et ils ne sont pas tous, loin de là, sur la photo ! cela n’a pas toujours été le fait d’islamistes, mais cela a toujours été le même type de terrorisme. L’historienne Bahriye Üçok a peut-être été victime de l’extrême gauche. Hrant Dink, directeur d’un hebdomadaire arménien, a été assassiné par balles, par un ultra-nationaliste, en 2007. Le poète Metin Altıok, au premier plan, était l’une des 37 victimes d’un incendie criminel visant des intellectuels alévis réunis dans un hôtel, en 1993 à Sivas. Aziz Nesin, en haut à droite, était un romancier humoriste et se revendiquant publiquement athée – humoriste, comme Cabu et les autres – présent dans cet hôtel, en a réchappé mais a failli se faire lyncher par la foule des islamistes excités par le maire de la ville. Il est mort peu après. Le jeune Metin Göktepe, à droite, était un journaliste de gauche qui a été tabassé à mort par la police, en 1996. Tous les Turcs ont également en mémoire plus de cent morts victimes d’un gigantesque pogrom islamo-fasciste dans les villes de Maras et Çorum, en décembre 1978.
    Etc. Il y en a beaucoup d’autres.
    Et j’ai trouvé très touchante cette photo de manifestants, devant le siège de Cumhuriyet, avec leurs portraits des Charlie et de leurs victimes à eux, Turcs. Ils ne regardaient pas les Français de haut en disant : « Nous en avons connu bien d’autres ». Ils ont affirmé leur sympathie, ni plus ni moins. Ils ont leurs victimes, ils respectent nos victimes aussi. Pour dire que tous et toutes sont nos victimes.

    Like

      1. There is now a podcast of our symposium at the U of Minnesota, on Minnesota Public Radio.org, but I don’t know how to download it.

        Like

  10. I chose the picture of “Charlie Hebdo Epuisé” because of its humor, which is one of the things I find always worth defending and promoting, even in the saddest circumstances. I also would like to bring to the fore that this blog may also come to a point of “épuisement.” I am curious to see how far it can go, but I know that I cannot on my own maintain a fresh flow of pictures, information, debates, opinions without help. In January I was still in the winter break of my university. Now that our spring term has started, I cannot spend more than a few hours a week on this blog. I am still willing to continue, and I continue to appreciate all the contributions that have been made from various parts of the world, and from various perspectives.

    Like

  11. I just found this blog. I am not sure I understand if this is a temporary blog or if it comes from another blog. I am French and live in Greater Atlanta. I have a blog, and so that my readers would understand what the Charlie Hebdo tragedy meant to French people I wrote a long post on the story of satire in France, then I followed it by a small post on Voltaire and tolerance. Many readers said that this helped them better understand the culture of satire in France. I would write a comment on this blog here, but I am not sure quel est son objet final? Here is my post on Charlie Hebdo: http://avagabonde.blogspot.com/2015/01/charlie-hebdo-and-french-satire.html and on Voltaire and Tolerance: http://avagabonde.blogspot.com/2015/01/on-voltaire-and-tolerance.html.

    Like

  12. Dear Vagabonde, thank you for posting on this blog, which does not come from another blog but was created by Lynn Ramey and me in response to the events of January. I am not a blogueuse, usually. But the experience is interesting to me. I don’t know how long we will continue. This blog may turned into something else or keep going or disappear…
    Thank you for giving the links to your blog and the long, well illustrated, and detailed posts you created about French Satire and Voltaire’s ideas on tolerance.
    All best,
    Virginie

    Like

  13. Chers Charlies du monde entier,

    Ici en France nous avons commencé l’année 2015 avec un massacre terroriste, nous la finissons avec un autre massacre terroriste. Nous pleurions en janvier, nous pleurons en novembre.
    Cela fait beaucoup de larmes, et beaucoup de victimes.
    Je pleure et je souris.
    Je souris parce que malgré leurs kalachnikovs, leurs ceintures d’explosifs, leur haine et leur organisation soit disante nickel chrôme, ces minables se sont troués. Plantés total ! Le feu d’artifice devait être un carnage au stade de France. On entre dans le stade (facile, on est les plus beaux, les plus forts, on sème la mort, Allah est avec nous et nous incarnons la justice divine !), on se mêle aux spectateurs et on se fait exploser, paf ! Des centaines et des centaines de morts ! Et oui bande de tarés, sur le papier c’était du tout cuit. Sur le papier, et dans vos cervelles atrophiées. Refoulés par des stadistes et des forces de l’ordre disciplinés, par des mécréants lambda, même pas des héros, juste des gens qui bossent, peut-être même polis et gentils ! Et peut-être même, pour certains, souriants ! Rhôô la giffle ! Magistrale. Et vous n’avez pas pu pénétrer dans le stade. Vous, des assassins éclairés, bardés d’explosifs, le nec plus ultra de la terreur, la haine vissée à la bêtise arrêtés aux portes du sanctuaire ! Bande de bras cassés ! Vous vous êtes fait exploser pour peanuts, nada, rien, pour des queues de cerises.
    Merci.
    Merci à vous pour ce petit soleil en pleines ténèbres.
    Merci pour la bonne blague en pleine tragédie.
    Merci de nous rappeler que les plus forts, c’est pas vous.
    Plus vous tuez, et plus les suppots de satan que nous sommes se lient, se mêlent avec amour et émotion, et marchent debout la tête haute. Même pas besoin ni envie d’un sang impur dans nos sillons. Même pas peur. Plus vous massacrez et plus nous défendons nos valeurs. Vos ballent tuent et vos explosifs déchiquètent, notre soif de liberté et notre courage se réveillent, chaque fois plus forts, plus intenses. Aux quatre coins de la planète, les peuples se rapprochent, communiquent, se respectent et apprennent à s’aimer. Tout le contraire de ce que vous voulez nous imposer non ?
    Alors nous allons laisser faire les autorités, les politiques et les militaires. Débrouillez-vous avec. Et nous, simpes humains et citoyens, nous allons vivre encore plus intensément et vous balancer à la gueule notre soif de bonheur malgré une crise économique assassine elle aussi, notre plaisir à respecter les différences, notre droit à croire en ce que nous voulons ou à ne croire en rien, et surtout, surtout, notre amour pour la vie et l’humanité.
    Contre cela, vos armes ne peuvent rien.

    Liberté, Egalité, Fraternité, Amour et Insolence.

    Judith.
    (Femme célibataire et libre, athée, sans voile, indépendante, égale des hommes, en train d’écouter du Death Metal (Yeah !) )

    Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s